Quebrantahuesos 2015

30062015

25 ème édition de la Quebrantahuesos : une journée de rêve pour 10 000 cyclistes !

La Quebrantahuesos (gypaète barbu en espagnol) célébrait cette année son vingt-cinquième anniversaire. Cette grande fiesta du cyclosport ibérique est réputée pour la beauté de son parcours et son ambiance exceptionnelle  due à la présence d’un public nombreux et enthousiaste. Chaque année, un tirage au sort est nécessaire pour désigner 8500 participants parmi plus de 13000 demandes d’inscriptions.

Cette année, c’était ma douzième participation à cette épreuve que j’adore et je faisais partie de la Patrouille Eco Cyclo.

Vingt-deux nationalités étaient représentées. Des conditions climatiques optimales avec un ciel sans nuage et une température maximale de 26 degrés permettaient de profiter pleinement des paysages exceptionnels des Pyrénées béarnaises et aragonaises.

De nombreuses personnalités connues dont Miguel Indurain (quintuple vainqueur du Tour) et Abraham Olano (ancien champion du monde) ont participé à l’épreuve. Nicolas Roux, grand habitué des podiums cyclosportifs français était également présent.

qh depart reduite

Le parcours de la Quebrantahuesos est identique chaque année: 200 kilomètres dont la moitié en France et quatre cols à franchir représentant 3700 mètres de dénivelé : Somport, Marie Blanque, Pourtalet et Hoz de Jaca. Ce parcours est devenu mythique et de nombreux concurrents reviennent pour essayer d’améliorer leur performance. Les routes sont totalement fermées à la circulation sur la quasi-totalité du parcours et l’épreuve bénéficie d’un dispositif de sécurité impressionnant avec 34 ambulances, 17 médecins …

La traversée de Sabinanigo est toujours un temps fort et émouvant de l’épreuve grâce aux milliers de spectateurs présents dans les rues de la ville.

Tous les ans, je stresse un peu durant les vingt premiers kilomètres parcourus à très vive allure sur l’autoroute de Sabinanigo à Jaca car il y a régulièrement des chutes et je suis soulagé en atteignant Jaca.

Dans les faux plats montants qui précèdent le col du Somport, un vent contraire assez fort ralentissait la progression des coureurs mais à la surprise générale, cela n’a pas empêché Miguel Indurain, qui fête ses cinquante ans cette année de s’échapper avec un autre concurrent et de passer au sommet avec plus de deux minutes d’avances pour le plus grand plaisir des nombreux spectateurs présents.

Personnellement, je suis resté bien à l’abri dans un immense peloton et j’ai atteint Canfranc au pied du Somport sans difficulté avec une moyenne de 32 km/h et j’ai grimpé le col assez facilement encouragé par les très nombreux spectateurs présents dans les deux derniers kilomètres.

Après la longue descente dans la sauvage vallée d’Aspe, le silence régnait dans les pelotons pour affronter les quatre derniers kilomètres à plus de douze pour cent du col de Marie Blanque rendus célèbres par le Tour de France. Je n’aime pas beaucoup cette montée austère qui nécessite un effort très important même avec un petit braquet comme le 34X32 que j’utilise maintenant dans les cols raides.

Le ravitaillement situé au milieu de la descente sur le très pastoral plateau du Benou permettait de reprendre des forces en admirant les fiers sommets du massif calcaire de Gourette.

11232131_881189555276265_2742066975952878312_o

Dans la vallée d’Ossau et la longue montée du col du Pourtalet (29 km et 1300 mètres de dénivelé), nous avons ont bénéficié d’un vent favorable et nous avons pu admirer le pic du Midi d’Ossau (2884m), gloire des horizons béarnais avant de basculer dans le Val de Tena sur le versant espagnol dont les sierras très arides présentent un contraste saisissant avec le versant français très verdoyant.

qh 2015 pourtalet

J’ai bien négocié cette ascension en souffrant quand même un peu dans les derniers kilomètres toujours encouragé par un public nombreux et enthousiaste

Le très pittoresque col de Hoz de Jaca avec ses deux derniers kilomètres à 10% et sa route cimentée en corniche au-dessus du lac de Bubal marquait la fin des difficultés avant le retour sur Sabinanigo sur une route permettant de belles pointes de vitesse.

QH 2014 hoz de jaca

J’ai comme chaque année ressenti un dernier frisson en passant l’arche d’arrivée sous les applaudissements du public, la tête encore pleine des innombrables « venga ! aupa ! animo ! » qui m’ont été adressés tout au long du parcours.

Le point noir de la Quebrantahuesos est traditionnellement la quantité importante de déchets jetés sur la route par les concurrents qui oblige les organisateurs à mettre en place des équipes de bénévoles pour les ramasser immédiatement après la course. Après une légère amélioration constatée l’année dernière, j’ai pu constater cette année une amélioration très sensible des comportements. Les efforts des organisateurs pour sensibiliser les participants commencent donc à porter leur fruit. Ces progrès sont indispensables pour la pérennité de l’épreuve car le parcours de la Quebrantahuesos passe à deux reprises (dans la descente du col du Somport et dans le col du Pourtalet) dans le Parc National des Pyrénées Occidentales dont la réglementation est à juste titre contraignante. L’interdiction de prendre des photos imposée par le Parc National et affichée sur le parcours me paraît cependant difficilement compréhensible.

Sur le plan sportif, le premier à passer la ligne d’arrivée fut Jordi Berenguer en 5h 47, Indurain est  96ème en 6h07 et Nicolas Roux, premier français est 18ème en 5h56.

En ce qui me concerne, je suis très satisfait de mon résultat car je termine 2538ème sur 8500 partant en 7h32 à plus de 26 kmh ce qui améliore d’un quart d’heure mon meilleur temps réalisé en 2007 et me permet d’obtenir une médaille d’or toutes catégories.

Après la course,  nous pouvions nous restaurer en mangeant une excellente fideua, plat traditionnel de la région à base de mouton et de pâtes confectionné dans des poêles géantes très impressionnantes.

qh la fideua

Par ailleurs, à l’occasion de cette vingt-cinquième édition, un livre intitulé « Mantener viva una ilusion. Un exito de todos » écrit par Maria Iglesias a été publié. Il contient les interviews de 101 personnes qui ont contribué à écrire l’histoire de la Quebrantahuesos. J’ai l’honneur d’être l’une de ces personnes et d’expliquer la mission Eco Cyclo dans mon interview.

interview livre qh

J’ai encore passé une excellente journée sur les routes de la Quebrantahuesos.

 

Pierre Gadiou




La Vaujany

29062015

Voila 4 ans que je n’avais pas fait de grands cols.Engagé sur le parcours de 109 km de la Vaujany le départ est donné vers 7h15.

Après une belle descente de 20 km arrive le  premier col « Alpe du Grand Serre »,15 km de montée.Je passe le col sans difficultés,je dépasse plusieurs concurrents

mais beaucoup me dépasse aussi.Descente rapide un peu de plat dans la vallée et rebelote deuxième col « le col d’Ornon » pas très pentu mais d »une longueur aussi de 15 kilométres .

Sur la fin du col la chaleur commence à être pesante et mes jambes ne répondent pas comme dans le premier col.

C’est pas inquiétant j’ai déjà parcouru 81 km au sommet ,il reste la belle descente de ce col un peu de plat dans la vallée et la montée finale vers Vaujany.

Cette montée de 4 km pour franchir l’arrivée a un pourcentage de 8,9 % de moyenne avec des pasage à 12%,aucun répit ,une chaleur suffocante 28°, et là, catastrophe je pose pied à terre au bout du premier kilométre.

Je n’ai jamais autant souffert dans une montée,45 minutes pour effectuer ce col,je n’avance plus ,debout sur les pédales,des concurrents pieds à terre sur toute la montée…………..Terrible.

De ce fait le diplôme d’or me passe sous les roues car dans ma cayé 50-59 ans il fallait faire ce parcours en moins de 5h37 et je finis en 5h43 mn.

au final 191 éme sur 266 et 46 éme de ma caté sur 68.

Malgré cette grosse défaillance j’ai pu admirer de magnifiques paysages et un trés bon week end de velo car je me suis fait plaisir en montant l’Alpe d’huez ce magnifique col et ses 21 virages.

 

P1070255

P1070183

P1070257

 

 

P1070169

 




Brevet montagnard en territoire Vercors réussi !!!! formule randonneur en 1 jour

22062015

Bonsoir à tous zé toutes

 
Brevet Cyclo Montagnarde en Vercors réussi…yessssssssss
11h36 d’effort
distance de 215 km
vitesse moyenne de 18,54 km/h
7 804 calories brulées
vitesse maxi de 56,90 km/h
dénivelé positif de 4 337 mètres
rien que pour le fun…pour changer de décor…une p’tite grimpette !!!
hébergement en camping à la ferme avec tente igloo a 5 km du point de départ
Arrivé Samedi dans l’après midi au camping 2 étoiles de Chabeuil, je plante la tente dans ce petit coin de verdure.
Pour gagner du temps, je vais au départ de l’organisation récupérer plaque de cadre ainsi que valider mon inscription.
Je m’empresse de manger pour me coucher tôt..et en moins d’une heure, un orage gronde non loin de là. Zop Zop dans le duvet car Dimanche matin réveil à 3h15 pour être pieds sur les pédales à 4h00
La nuit fut agitée avec tonnerre sec ainsi que grondement bien lourds et insistant.
Dimanche matin à 3h15…il crachouille…ça laisse pas envisager une belle journee. Ma lampe frontale eclaire bien, mais pas assez, hélas, pour deviner le temps….
A 4h00, je quitte le camping en voiture, pour rejoindre le point de départ. Durant les 5 petits kilomètres une pluie battante s’abat sur la route….ça sent pas bon…J’y vais ti ..ou j’y vais ti pas !!!!
Je gare la voiture et reste dednas en observant. Je guete une acalmie pour prendre le départ.
4h45..c’est tout bon…suis équipé des pieds à la tête avec parure lycra aux couleurs de mon club meudonnais.
Je prends le départ avec Hubert. un compagnon de route qui profite de mon éclairage nocturne plus puissant que lui. On traverse zone de pluie assez insistante.
La route commence à être sinueuse, humide, serpentueuse. Il pleut mais pas des trombes d’eau. La vitesse de 30-35 km/h fait que nous sommes de plus en plus mouillés.
1ère difficulté sur le Pas de Frécou…au lever du matin on voit les nuages bien bas, le ciel ultra gris….on grimpe, et les cotes se profilent…on a la tete dans les nuages pour le coup ..original!!!
Le paysage est tres sympa, ultra bosselé..le petit ruisseau en contre bas des vallées….c’est mimi….
La pluie s’intensifie et avec Hubert ont enchaine bien les virages en pif-paf. Une grande vigileance pour poser nos pneumatiques  !!! L’eau et les cailloux jonchent de plus en plus
la route. Gigors, Beaufort sur Gervanne sont absorbés…et le 1er ravito pointe le bout de son nez ….35 kilomètres de fait. Nikel…
Je choppe le 1er tampon sur mon carton ! Zop Zop c’est magnifique !!!
On apprend que nous sommes dans les 20 premiers sur 65 partants enregistrés.
part de 4/4, abricots secs, carrés de chocolat, jus d’orange….on dial 10 minutes avec les gens de l’organisation tres sympa
J’enfourche ma machine et c’est reparti avec mister Hubert.
Col de la croix, Sainte Croix…et à Pontaix, notre duo rattrape un cycliste en solo…qui s’appelle Charles…la pluie redouble d’intensité et on se mange une belle saucée. On alterne coté gauche et coté droit de la vallée.
On passe sur des ponts au dessus de 2 grosses rivieres = la roanne et la drome…BOUEUSE, couleur café…pas beau du tout….ces 2 rivières sont bien déchainées et bruyantes pour le coup.
Mister Hubert prend de la distance et s’échappe petit à petit du trio que nous formions. J’aurais pu le suivre, mais en montagne je raisonne plus « sécurité ». Je me cale avec Charles et au final c’est mieux !!!
On entame descente qui crispe ma main gauche avec des fourmillements. j’ai les mains trempées et les fourmillement ne disparaissent pas.
On observent que les nuages montent en altitude, on entend les oiseaux….et la pluie diminue en crachouilli pour s’arreter. Une ptite pose « ptit besoin » aura raison d’un requinquement illico…a pu disparu les fourmillements.
ça k’c’est bonnn wééééééé
Charles m’annonce qu on attaque un serieux col bien costaud..qui est Pennes le sec via la ville  ….on quitte la route en bas de la vallée et la un mur s’offre à nous…VAIN diou ça grimpe méchant….13 km nous tendent les rayons. Plus vif et alerte que Charly, je monte à mon rythme. ça passe nikel…les jambes tournent bien, pas de douleurs dans les quadriceps…j’attends mon compagnon de route qui réussi à me rejoindre.
Malgré tout, on y laisse bien une partie de notre énergie pour atteindre le col.
Et la kikon voit…un ravito..yesss….Un des bénévoles me dit connaitre meudon et me félicite du déplacement que j’ai fais pour être à ce brevet !!! kool….
Idem, carré de chocolat, 4/4, jus d’orange et carré de gruyere… Zop Zop Charly m’appelle pour reprendre le parcours….
Séance tenante on s’echappe gentillement vers le col de Reychasset. Les routes sont plus petites, ultra sinueuses, jonchées de pierres ainsi que de petit ruisseau qui debordent en traversant qq portion de route
ULTRA MEFIANCE VIGILEANCE à 600 %….dosage des freins primordial ainsi que trajectoire bien à respecter…sinon pas bon…de plus pas de barriere de securité pour rattrapper une eventuelle glissade qui finirais dans le ravin…
On traverse les vignes de la clairette de Die…c’est super joli..une richesse de couleurs et variété de verdure…je me sens mieux sur ma machine…
Les panneuax indicateur de DIE pointent leur nez !!! yessss….on passe dans le bas de la Vallée, la route se transforme en billard ultra roulant. Je mets la plaque 52 dents et ça va tout seul…plus de 40km/h sur le plat
Poi poi…nerveuse la machine !!!!
On suit les flèche de balisage pour trouver le ravito et le plateaux repas. au menu = salade de pomme de terre avec haricots verts et tomates + poulet avec coquillettes+ un ptit fromage fermier et pour finir une part de tarte à la pomme. Je récupére le coup de tampon, enleve des sous couches de vétements et ça va mieux….batterie rechargées a bloc pour le coup.
Toujours avec Charles on traverse Die en direction du col du Rousset….et la enjoy..c’est 20km de grimpette à une moyenne de 6 %. je sens Charles qui accuse le coup. Je le distance en me calant sur mon rythme.
Je vois plusieurs cyclistes …et les rejoins…. Je trouve Maurice ! il est agé de 74 ans …incroyable la santé qu’il a !! il a mis 1 pedalier de VTT sur son vélo de route pour avoir braquet adapté !!! heureux comme tout le chti père.
Et nous voila tous les deux a discuter comme 2 copains de longues dates sur le col du rousset en avalant les kilomètres de grimpette….
on a le même rythme c’est nikel. Malgré notre allure on rattrape des cyclistes qui souffrent. C’est long 20km de grimpette !!!! Nos efforts sont récompensés en voyant le sommet du col !!! VICTOIRE meritée !!!!
On traverse le tunnel naturel long de 300metres avec vigilence & eclairage
Nous prenons alors la destination de Vassieux en vercors via une descente bien sympatique. il fait ciel bleu, soleil..conditions tip top…toujours en papotant Vassieux pointe son museau. Charles ne manque pas de me faire 1 petit rappel historique de Vassieux en Vercors qui fut acteur de la resistance durant la 2nde guerre mondiale. On passe devant une carcasse de planneur.
La route est tres sympa et on profite d’un petit faut plat pour revigorer nos ptis muscles.
On rejoint un « groupetto » de 5-8 cyclistes qui viennent de Carcassonne !!! Leur accens chantent !!! on se suit tous …ça fait du bien…. On attaque le Cirque de Combe Laval avec la route « taillée » dans la montagne, les passages dans tunnel dans la montagne avec en contrebas la rivière au fond de la vallée…c’est super top….tous ces efforts méritaient d’être faits rien que pour ce spectacle naturel.
Le col de Carri se presente comme un diabolique casse pates avant le ravito. ça grimpe mechant et étire le groupe que nous formions. j’accuse un ptit coup de barre. Je trouve le sursaut d’énergie qui va bien pour m’extirper de cette difficulté à franchir. Je recolle au groupe et tout va bien ! En haut du col..c’est la descente pour atteindre St Jean en Royans !!! 15 kilometres de descente….j’ai des craintes….on redescend….et c’est parti dans une allure à plus de 40km/h….
Une fois la ville atteinte, on profite du ravito pour reprendre des forces et me fais 1 brin de toilette. ça fait du bien. Un autre bénévole me felicite de ma présence « parisienne » à la rando !!!!
On nous annonce que pour aller à Léoncel….ça grimpe (pour changer hein !!!! ) toujours dans le groupetto, cette fois ci je prends la tête pris d’un élan musculaire grandissant. On accuse déja 160 km au compteur…
Je me sens plus vif et alerte, le col passe tres bien toujours sur mon rythme calé comme j’aime bien.
Je suis dans le milieu de ma cassette, sans avoir utiliser le pignon le plus facile…c’est bon signe…Yabonnnnnnn
Arrivé à Léoncel c’est l’avant dernier ravito/point de controle !  plusieurs bados viennent à notre rencontre. Un couple québécois (que j’ai su après) m’accoste. Le mari me parle en ptit français et finira en anglais. En effet pourquoi moi me direz vous ! et bien la marque de mon vélo est québécoise (CERVELO). voila le pourquoi du comment !!! il est avec sa femme a me feliciter sur la distance que nous avons fait. Hélas le groupetto repart et dois laisser le quebécois et quoise….
Derniere difficulté pour conclure…le col de Limouche…un des ptits jeunes (il a 24 ans) decroche du groupe. je le sens pas bien. je lui dis de prendre ma roue et fait la parlote pour l’encourager. il m’apprends qu’il est « malletier » à Carcassone. il fabrique des valises, malles, trousses en cuir….original !!! malgré tout il recolle a ses collègues. J’aperçois Maurice …que je rejoins en dosant mon effort en pleine cote. Je sens que j’ai reserve physique et le rejoins plus vite que prévu. Col de Limouche vaincu !!!! nous sommes à 1200 métres et maintenant c’est descente jusqu’a Chabeuil durant 20 kilomètres….la victoire assurée !!! ya pu qu’a laisser glisser !!!
Toujours en vigileance accrue, on defile à plus de 40km/h la pente sineuse..pour atteindre Chabeuil avec un grand sourire !!!!
C’est roue cote à cote que nous franchissons avec Maurice la ligne d’arrivée….s’en est touchant même…chapeau Mister Maurice à 74 ans de faire ce brevet !!!!
Le dernier tampon de l’arrivée valide mon 1er brevet montagnard…j’en suis content !!!!
On me remet 1 livret comportant les 5 Brevets a obtenir pour avoir la medaille du « cyclo montagnard »
Egalement s/le carton 2 autres Brevets correspondent au Brevet de cimes françaises..entendez par la 2 epreuves plus costaudes qui font + de 5 000 metres de dénivelés pour decrochez cette distinction
Voila le coeur léger et soulagé,  je rejoins le camping pour un repos bien mérité.en me couchant tôt apres une douche bien méritée
Une tres belle expérience, de jolis paysages, des gens chaleureux tant en bénévoles que participants, tout s’est très bien déroulé sans bobo ni casse matos tout en respctant le code de la route & securité.
Malgré conditions météo déplorables au départ, j’aurais ete peiné de ne pas y participer. Mais voila c’est chose faite ..moi je dis YOUPI et Zop Zop !!!
 
Maintenant c’est repos. jusqu’au début des vacances.
Reprise des activités apres le 14 juillet.
Un repos réparateur pour être bénéfique.
Frédéric Millet me prévient par mail de sa réussite au Brevet de 600km à Mours.
Nous serons 2 de l’ASM….kool…
Sur ce je vous dis à tres bientot pour de nouvelles aventures….



4éme brevet gagné !!!! yessssss -> Paris Brest Paris c’est validé….

22062015

Bonsoir à Tousse zé Toutes…

 
……4éme Brevet Réussi…..YOUPI…c’est la QUALIF à 100% !!!! 4 sur 4 …
36h45 d’effort
distance de 607 km
vitesse moyenne de 17 km/h
Un quadruplé inédit digne d’un sacre olympique….Un palmarés haut en couleurs !!! 4 médailles …wiiiiiiiiiiii
Départ à Noisiel, pieds sur les pédales à 05h10…et toujours pas de  bonbons Haribo aux tables d’inscription…
suite à l’expérience du 3eme brevet ….modif apportées sur la machine :
pas de porte bagages façon « tortue ninja »….
ptit sac à dos avec matos necessaire
2 bidons sur le cadre
abaissement de la selle de 2 cm…(qui s’avére judicieux puisque pas de bobo au genou)
…tout ça pour alleger le velo afin de gagner en vivacité
niveau vetement…un corsaire et maillot manche longue…partir tot à la fraiche + passage ds zone humide…j’oublie la cuissard court & maillot d’été
Par rapport à la dernière fois, nettement moins de cyclistes…les distances s’allongeant, le nombre de participants réduisant !!!
Au programme de cette folle rando… région de champagne…Troyes….Chablis…Moret sur Loing..et retour à Noisiel city…sur le papier c’est facile mais dans la tête ça cogite
Toujours fidèle au poste, Super Mario avec son polo rouge,  nous valide l’heure du départ sur le carton jaune..;et zoooop…pieds sur les pédales …c’est parti mon kiki…
je fais parti de la 2éme vague du départ. Au taquet, l’oeil vif et pétillant il est 5h10 du mat ‘!!!!
Direction Mont St Pere… « à la fraiche » + avec en vue, le lever du jour….zoliiiiiiiiiiiiiiii
On retrouve le début de parcours du brevet de 200km. On démarre en petite formation serrée, allure modérée..et vi 600 bornes…on part pas comme des chiens fous. Ca roule bien…nikel…
Je revois « les copains de routes »., pas bcp de parlote ds la formation…chacun essaye de trouver son rythme et allure…d’une manière générale tout le monde roule pareil
On traverse chateau Thierry, la ferte sous jouarre…comme si c’etait la ballade dominicale….
Les kilométres defilent….et hop en 3h45…90km de fait….il est 8h45 du mat’… la p’tite barre de cereale qui va bien. on degourdit les gambettes et zop zop..reprise du parcours.
inutile de s’attarder..
On s’éloigne du 1er point de contrôle et voilà que la météo s’annonce méchante…gros nuages bas bien gris qui nous tendent les bras !!! Le vent se joint à la partie ..que du bonheur !!!!
On se dit qu’on va y avoir droit…hé bé non ! d’un coup belle éclaircie et voila que le soleil grimpe à son azimut !!! ouf…
On traverse les vignes de la region champagne par la route touristique des « montagnes de reims ». Vignes de Moet et chandon, Bellafon, Deutz….wééééééééé…..ça en fait des litrons de limonade à bulles !!!
Dans le ciel, 2 avions de chasse font leur show….ya 1 meeting aerien à Reims dixit les locaux
Les vignes d’un coté..la marne en contre bas…super mimi…avec route un peu sinueuse…un bitume ultra lisse, la vitesse monte d’un coup vers les 30-35 km/h
On traverse de nombreux villages….désertiques….mais alors les maisons, des minis chateaux….y connaissent pô la crise la bas !!! chacun à son tracteur de vignes !!!!….
On arrive à Bouzy…à 11h45….en ayant fait 151 km depuis Noisiel. Yes….on va pouvoir manger un bout.
Direction « le coup de tampon sur le carton » et ensuite au comptoir du bar pour 1 sandwich & panaché…pour 6 euros !!!  je retrouve 1 collegue de route qui m’a accompagne jusqu’à la fin de l’épopée.
A coté de nous, au comptoir, des piliers de bar qui engloutissent les « demis » en 2 temps de cuillere a pot sont surpris par le nombre de cyclistes ! discours en tout genre ..bref c’est d’un comique….
Des enzymes dans le moteur, le niveau des bidons au max, on repart, léger comme des papillons..
Le soleil tape bien….on part de Bouzy pour aller à Troyes…
Les 1ers paysages sont pas top. Champ d’éolinenes à profusion..;d’une mocheté…. ! on voit 1 panneau pour achat de terrain à batir à 6 euros le m2 viabilisé !!!
Et là…les routes qui se presentent à nous sont des montagnes russes…des bosses à perte de vue….à s’en taper la tête contre le guidon !!!!…bien sur, le vent de face..c’est plus fun..jamais dans le dos.hein tant qu’a faire
Pas de potion magique pour hélas survoler les difficultés..faut pédaler, pédaler et pédaler…
On rencontre un groupe de cyclos du club d’argenteuil dont 1 femme parmi eux. Zop Zop on s’arrete, on prend son temps de se reposer 15 bonnes minutes…ça fais du bien, d’autant qu on a bien tricotter et avoiner dans ces bosses…en laissant hélas pas mal d’énergie. Lla ptite pose bien méritée pour éviter de se metre en zone rouge est justifiée!!!
On quitte la marne pour la région de troyes. Fini les bosses et cotes sur cotes, la chaussette devient plus lègére….ça fait du bien au moral.
La biodiversité des  paysages devient ultra sympa, riches en couleurs. depaysement total, odeurs champetres, petits oiseaux..vaches, lapins, poules…
Quelques cylos nous rejoignent. et c’est un petit groupe de 10 que nous formons et arrivons à Troyes. Dilemme : où se trouve le point de contrôle ??? troyes est énorme….et là ..allélouyia…dans le groupe un cycliste Geek nous sort sa montre apple et iphone 6 !!! wiiiiii !!! bluffant….on le laisse devant et il devient notre guide…nous voila partis a sillonner troyes et a arriver au point de controle..merci Apple !!!
Il est 18h45 et 262km d’abattus….rebelotte, sandwich et panaché.. pour 5 euros !!! qui dit mieux….
Aprés avoir raflé des gateaux anti morosité, on prend la destiantion de « Montbard » dans le 21. Le changement d’air & de décor invitent au dépaysement et à l’évasion dont il faudra redoubler d’effort.
C’est le cas de dire qu’on a mis le nez dans la luzerne car plein de champs…de luzerne !!!. La nuit tombe lentement . On aperçoit la pleine lune qui nous accompagnera tout au long de notre etape nocturne.
Nous sommes 4 à rouler, conjugant nos faisceaux lumineux pour eclairer d’avantage…c’est mieux et plus prudent
Dans la tête ça cogite…une pause ou pas….que fais je… il est quasi 1h30 du matin. Mon compagnon de route m’invite à malgré tout de faire une étape « sommeil » de 2h00.
Ne sachant pas trop ou dormir, on arrive à Montbard (pres du canal de bourgogne) dans 1 MJC. MJC = c’est pas un bistrot comme à l’accoutumé donc pas de repas chaud. On découvre 1 équipe ultra sympa de bénévole. Je prends chocolat chaud, part de 4/4, cake et ptits gateaux pour me requinquer. on nous présente 1 sorte de gymnase transformé pour l’occasion en « dortoir ». on se muni d’un tapis bleu de gym, m’allonge sur le parquet, me deshabille du haut, programme le smartphone pour reveil, et dodoooooooo illico !!!
Vous me direz que pour evacuer les vilaines toxines, le très hype sauna japonais, c’est simple comme le konichiwa …s’allonger sur un tatamis..ou pratiquer le yoga birmant pour accroitre souplesse pour m’aider à me debarasser des vilaines toxines en faisant un gros dodo !!! bref toujours est il qu’au reveil, malgre un passage de grelottement et grogis, mes chakras sont au beau fixe et  karma requinqué !!!
En  sortant de la MJC, pas besoin d’être miss météo pour savoir que dehors sa pèle sévére !!! j’y croyais pas..mais dormir 2 heures à effacer courbatures naissantes & grandissantes, je retrouve une vivacité bénéfique.
Il est 4 heures du matin. on entend cri d’oiseaux et d’animaux (bete du gevaudan ou loup ou yéti ) ….
Les mains dans les cocotes, le coup de jarret qui va bien…et leger comme un papillon…c’est la direction de Chablis qui est en ligne de mire.
On y roule on y roule….paysage drolement sympa et zop zop….au lever du jour nous y sommes. A coté de moi une 208 remplie de blondes quitte le bourg surement pour une virée filles…oui ja sais mais bon..ça arrive pas tous les jours hein !!!!
On dial avec quelques cyclos ! l’un d’eux a des traces d’herbe sur la moitié du corps…il nous avoue s’etre endormi au guidon…s’est déporté ..et a atterit dans le fossé…comme dit le proverbe : qui fait le malin, va dans le ravin!!
Bref….
5éme étape…JOIGNY…1 passage délicat se profile…une portion de 5km sans bitume, avec gravillon..et laaaaa pas bonnnnnn….extreme vigileance, dexterité et souplesse…faut conjuguer l’art du pilotage pour eviter l’art d’un gadin….malgré 450 km dans les guibolles, exercice delicat reussi !
A Joigny je retrouve miss Pates…remember le plat de pates qui a mis plus d’1 heure à etre préparé !!! et ben bingo la mm bellette….si tu téléphone à 1 voyante et qu’elle ne décroche pas avant que ça sonne, raccroche hein !!!
elle nous a demande si manger nous voulions…que non que non !!! J’ai pris un Max de tubes pour 1 max de fraicheur !!!
J’ai testé le gant de toilette à usage unique & lingette desifectances que Couzine Zabou m’a apporté du pere nowel..et bien nikel….ca m’a fait 1 ptite douche dirons nous…pour retarder le coup de moins bien !!!
En selle sur ma monture, j’allume la méche et active mon oeil de biche pour viser le 6eme point de controle qui est Moret sur Loing dans le 77
Malgré qq erreurs de parcours, je trouve ma route. Au loin on aperçoit le mauvais temps se profiler..nuages bien denses, bien gris….et on y va plein pot….ça sent bon la pluie !!!
Tant bien que mal…Moret sur Loing pointe sa pancarte et nous validons avec soulagement notre carnet de route. le moral va mieux…l’arrivée pointe son museau
Je reprends tubes de gel et barre cereales pour requinquer. 533 km de fait..reste 70….presque gagné. Mais la le coup de « moins bien » prend de l’ampleur, je sens que je suis à la ramasse et que la chaussette est bien usée.
Pas de potions magique hélas…cependant le crachin nous tombe dessus, le vent aussi…illico equipement anti pluie. les 70 km vont etre plus que penible. les interminables lignes droite du 77 avec les villages qui se finissent en « brie » me soule…meme pas mal mais ouyouyouille….j’ai mal aux mains, pieds, fesses en raison du revetement granuleux du bitume qui pas a mon avantage.
La pluie s’intensifie..et il faut redoubler de vigilence pour eviter la chutte et la mauvaise route. chaque kilomètre à son importance….
Les derniers kilometres sont longs mais malgre tout je vois les panneaux qui me rechauffent le moral car nous approchons du point d’arrivée. A 17h55 c’est un grand soulagement que j’arrive pour boucler ce dernier dernier brevet qualificatif de 607 km en 36h45 avec 2 heures de sommeil …. il fallait 40 heures au max pour validation
Il aura été bien costaud celui la. j’ai appris qu’il y a eu des abandons, des casses matos et seulement 150 inscrits.
Voila c’est fait..j’ai rèussi…suis content…YOUPI
Les Phases qualificatives ont eté remplies avec succés
 
Les 4 brevets en poches, je suis inscris sur le paris Brest Paris édition 2015 !!! c’est officiel, je serais sur la ligne de départ !!! 
 
Le samedi 15 aout je retire mon dossard à 14h00
Le dimanche 16 aout à 19h45..;c’est le départ…
 
Au programme c’est 1 200km en 90 heures pour obtenir le St Grall de cette épreuve longue distance.
 
 
Je vais investir ds une selle plus confortable et cuissard nettement + rembouré pour rendre confortable cette épopée.
 
j’espere que la meteo sera clémente la semaine d’apres le 15 aout.
Sur ce je vous dis à tres bientot pour de nouvelles aventures….



3éme brevet en poche…l’aventure continue sur la qualif ‘ du Paris Brest Paris

22062015

Bonsoir à Tousse zé Toutes…

 
3éme Brevet Réussi…..YOUPI…
 
 
il ne m’en reste plus qu’UN !!!!! ..je vois le bout….
20h25 d’effort
distance de 407 km
vitesse moyenne de 20,00 km/h
Il y a des boutiques comme la FNAC qui vendent des disques, et il y a des Berrichons comme Super Manu qui revend de l’enthousiasme en s’alignant sur une longue distance ! MASSIIIIIIIIF le Lascar 
Pendant que certain(e)(s) s’abandonnaient aux jours fériés dans le quart sud-ouest de l’l’ile de France, je cogitais à la façon dont j’allais gérer l’affaire !!!
Départ à Noisiel, pieds sur les pédales à 16h20…sans bonbons Haribo aux tables d’inscription
Vélo Equipé …avec qq modif comparé au 2eme brevet….
phare avant
lampe frontale
feu arriere rouge
gilet jaune securité…
1 porte bagage avec sacoche de 11 litres pour petit matos
2 bidons s/velo
et donc pas de sac à dos…afin de soulager les épaules
Pour le mental et le moral….PAS  de COMPTEUR kilométriques ni appareil donnant unité de mesure. nettement mieux pour la tête !!! et psychologique
Arrivé sur place,  je remarque qu’il y a beaucoup de cyclistes en formation dans des pseudo SAS , ….impressionnant
Cet épisode fut en direction de l’Yonne et du Loiret. (Gien et Sens) pour vous situer
Super Maurice avec son polo rouge nous valide l’heure du départ sur le carton jaune..;et zoooop…pieds sur les pédales …c’est parti mon kiki
quelques bados surpris par le nombres de cyclistes en gilet jaune fluo nous admirent ébahis !!!..p’tit moment de satisfaction …
Le Parcours s’annonce bien sympathique  et on attaque assez rapidement la verdure en laissant derriere nous Noisiel city avec route sinueuse & une qualité de bitume remarquable…ça roule tout seul….
le vélo fait pas 1 bruit….ça file…allure bon train, le rythme est soutenu…..je me rends compte que c’est même trop…et dans mon moi intérieur me dis que ça sera pas possible de maintenir une cadence infernale..
Vu notre rythme, nous rattrapons un autre peloton de cyclistes partis plus tôt. Aussitôt je décroche de ma « meute » pour baisser l’intensité et me cale dans le nouveau groupe et la…tip top…
je revois des tetes qui ne me sont pas inconnues…ptit brin de parlote tout en roulant
Les kilométres défilent et au point kilométrique 95…1er contrôle à Pont sur Yonne. Arrêt technique, on détend les jambes, on savoure la Pom Potes et sa p’tite barre chocolatée.
Et là qui je vois ! jle groupe de la Team Axa (que j’ai connu au brevet de 200km) . Séance tenante, c’est parti….Je pars avec AXA. le coeur vaillant, la pédale legere, …. ça va tt seul…
Des passants admirent nos machines équipées en commentant nos attirails. Un groupe de 4 personnes m’accoste pour avoir information sur l’équipement..pas le temps de m’éterniser je les laisse…les km n’attendent pas
la temperature est douce, les odeurs champêtres, la ptite rivière qui jalonne la route…c’est ultra mimi…., la nuit qui tombe avec coucher de soleil..l’humidité se fait bien présente..;et la nuit tombe directe
On passe en mode « LUMIERE »….trop top !!! 1 balai de lumiere parseme les routes…
Le choix de ne pas mettre de compteur s’avère judicieux car pas de fixette sur la distance….
22h30 c’est le 2eme controle !…la Team axa souhaite prolonger l’arret pour manger. ..moment de reflexion…je reste..je reste pas…. cela dit 1 repas chaud…pour resister dans la nuit…c’est pas bête …Zop Zop on passe commande de 9 assietes de « pates jambon » (plus simple)..et là, la cata de chez cata, la cuisiniere du bistrot nous met 1h00 de délai pour nous servir…balaise….allez pas me dire que cuire des pates ça met autant de temps…on râle, on rouspete et on annonce que le temps nous ai compté. Du coup les assietes arrivent…en – de 10 minutes c’est engloutis et on part. A 9 euros le plat…et avec 1 heure de service…plus jamais !!! le delai inutilement perdu d’1 heure me tracasse. 142 km seulement..c’est mm pas la moitie de l’epreuve et la nuit s’est bien installée…et faut pas lambiner
Je craignais la nuit..et bien aucun soucis…pour la resistance physique….MAIS au niveau des temperatures ça baisse bien. Un panneau nous indique +4°c…et l’humidité ultra présente.
Goutellettes sur la fourche avant du vélo, sur la visiere du casque et les manettes de freins…pas top
Durant la nuit nous avons été bercé par le chant des oiseaux…sympa….
Gien est atteint ! ouf …à 3h45 du mat !! wesh wesh….point de contrôle. La team Axa commande une soupe chaude….moi non..me fais pas envie…barre de cereales, gel pour retarder les crampes..et me passer les mains à l’eau chaude…des collègues de route accusent la fatigue et s’endorment un peu partout dans le bistrot. en degustant ma 2eme pom potes, un magnifique cafard sur le carrelage se promenait…kool !!! enjoy !!!!
Pas facile d’enfourcher la machine avec variation de °c entre l’interieur du bar et dehors…grelottage durant qq minutes
ni une ni 2..la veste ultra light coupe vent impermeable pour mise d’office qui offre une barriere ultra efficace.
la tete va mieux car nous abordons le trajet retour…
un ptit danger en traversant 1 pont avec lattes de bois humidifiées…l’alerte est donnée illico par les collègues de devant ..j’ai bien senti l’instabilité…ça glissait a souhait… pas de coup de freins..et on laisse le vélo faire…
le brouillard se fait remarquer…le jour se lève…et la chaleur remonte lentement mais surement…ça fais du bien…
Le panneau delimitant la région Ile de France pointe son nez….que ça fait du bien !!!!
30km avant le 4eme point de controle…on s’arrete et pas loin d’une 15aine de cyclistes debarquent dans 1  boulangerie. pour ma part 2 pains au chocolat.la boulangere se ravit de notre passage !!!
on s’installe s/1 terrasse de café, on en profite pour enlever vetement thermique, savourer rayon du soleil..et faire la gratouille a 1 pepette chien ultra affectueuse…
L’avant dernier point de contrôle se profile à Moret s/Loing…soit 330km depuis point de depart..reste 70km…
Tres joli….avec ses ecluses, ponts pavés, longues etendues vertes de part et d’autre des routes..les peniches…tres mimi
…. pas le temps de s’eterniser juste le tampon et heure de passage..et zop zop on repart…en ayant ingurtité un 2eme et dernier tube de gel
La saccoche sur la selle et tube de selle…m’a joué quelques tours. En effet, pas possible de me mettre en danseuse durant le départ, ce qui m’a obligé a + forcer sur les genoux et cuisses pendant l’ascencion des cotes.
Le coté « tortue ninja » s’est avéré handicapant à la longue, modifiant le comportement et reactivité de la machine….car poids a l’arriere
Le coté « incidence physqiue du au forçage en position assise » ….s’est bien fait sentir à ce moment la en engeandrant chaleur & douleur genante
notre groupe s’est etoffé en rattrappant d’autre peloton..et c’est une 30aine de gugus qui roulent…je reconnais la fin de parcours..tant bien que mal j’essaye de coller au groupe et subis le phenomene de l’élastique = je force pour coller …baisse du rythme..je decroche..et dois refaire effort pour re-coller…a ce jeu la c’est danger…
le rythme imposé du groupe est trop fort pour moi…et le fait d’avoir forcer en position assise…se fait payer cash….
cela dit..le point d’arrivée se profile..et les communes avoisinantes de Noisiel se traversent au fur et a mesure…
L’arrivée sent bon !! c’est fini…..les 407 km sont engloutis…
Le dernier coup de tampon valide definitevement mon brevet….content
1ere fois que 400km sont avalés… en 20h00 de selle…presque 1 jour !!!
je craignais de vaciller sur le velo en raison du manque de sommeil..et bien non..rien de tout cela….ça été nikel
Les ameliorations à amener pour le 600km se font tout de suite !!!
Verdict…..j’abandonne le mode Sherpa de ma saccoche arriere pour revenir au sac à dos..dans lequel je mettrais uniquement matos (pas la poche d’eau ayant contenance de 3 litres)
Je garde mes 2 bidons sur le cadre
Je roulerais moins vite..et restera fidele a gravir les cotes en danseuse….plutot que verouillé sur la selle..pour garder velocité et agilité…pas de poids supplementaire sur la machine…c’est trop penalisant
Peut etre enmener moins de choses inutiles pour etre + leger…
Toujours est il que j’ai fini avec 7 heures d’avance ..la temps max est de 27 heures pour 400 km
J’ai ete plus rapide sur les 400km que sur les 200 & 300km..un comble !!!
…. j’ai pas eu mal aux cuisses….(seul le genou droit)..douleurs musculaires ce qui est logique
…pas de coup de moins bien….
..moins mal de mains (retour de vibrations du au bitume sur le guidon)
..pas de casse matos
..aucune chute…
…bonne gestion de l’effort
Au fait, la prochaine fois je goute  au produit concurrent du Nutella , le Crunchy d’Ovomaltine !!!! en + des pates !!!! ou avec !!!
en y reflechissant..400 km en vélo c’est =
paris – nantes
paris – nancy
paris –  limoges
paris – dunkerque
paris – clermont ferrand
paris – cherbourg
paris – besançon

 

La récompense est donc venue au retour….elle est bronzee..et vient compléter les 2 déjà acquises ….et hop
…..triplement médaillé….
Prochaine & dernière épreuve …on continue…..c’est les 30 & 31 mai 2015…pour réaliser 600 km….départ entre 05h00 et 06h00 du mat…mm pas peur !!! je commence a etre habitué
 
4éme médaille en jeux…qui signifie QUALIF pour le Paris-Brest-Paris
 
l’obtention du 4eme brevet m’apportera également le titre de « Super Randonneur »…1 medaille supplementaire qui cumule les 4 brevets (200, 300, 400 et 600km) d’un coup, car je les ai realisé en moins d’une année les 1 à la suite des autres.
 
 
le délai du 600km devra être réalisé en 1 maximum de 40h00 pour être validé
 
le 200km j’ai eu le froid
le 300km j’ai eu la pluie
le 400km j’ai eu le brouillard & humidité
le 600km, ……….
A bientot pour de nouvelles aventures aussi passionnantes et trépidantes….



2éme brevet qualificatif Paris Brest Paris ….300km

22062015

Bonsoir 

 
2éme Brevet Réussi pour la phase qualificative du Paris Brest Paris…..YOUPI
 …..qualifié à 50 % pour l’épreuve ULTIME en aout…
12h34 d’effort
distance de 300 km
vitesse moyenne de 22,33 km/h
vitesse max a 51,93 km/h
8 458 calories
denivele positif de 2 677 metres
autonomie du GPS atteinte…pour le prochain parcours de 400km = meme pas la peine de le mettre..tiendra pas !!!
Départ à Noisiel, pieds sur les pédales à 4h10 du matin
temperatures nettement plus douces que le 1er brevet qui culminait à 4°c !!!
Equipé avec phare de 40 lux…. (super qualité l’engin…du deutsh qualitate) …. + lampe frontale (nikel..1 silva prise au vieux campeur TOP !!!! 50 lux nikel ) + feu arriere rouge…. et gilet jaune securité…obligatoire pour rouler la nuit (sauf la frontale)
Départ dans la nuit…c’est surprenant de pedaler dans l’obscurité totale….jusqu’au lever du soleil….avec balai de lumiere de cyclistes…boule a facettes mobiles !!!
Meteo assez aléatoire : vent (bcp de rafale) + pluie + éclaircie… c’etait pas facile
on a traversé departement du 77 + 60 + 02 + 51 …. fun de voir les paneaux « bienvenue en region de la marne »
point de controle  dans les ptits bistrots du coin assez sympa…;comme d’hab
J’ai ete a la boulangerie juste à coté…au 1er controle a ingurgité 1 sandwich d’une demi baguette pour 2,50 euros…sisisisisisisi…comté jambon…
des patisseries super balaises…helas rentrait pas ds le sac….zut pas top…j’ai pas osé la religieuse au chocolat !!!! j’aurais du
le patissier à l’accent « picard » super sympa….il voulait dial plus longtemps mais pas le temps de s’eterniser
des collègues ont pris  l’omelette avec la binouze  au 1er point de controle ds le bar !!!! limite sorti le jeux de cartes pour la belotte !!!
j’ai roulé en petit peloton d’au moins de 10 personnes (plus rassurant et pour le mental c’est mieux que solo..)
bruine..pluie + vent de 3/4…et hop…par terre..ya eu des chuttes…
jusqu’a 200 km = nikel…apres ça a commencé à etre critique niveau mental. surtout ds la region de la marne avec des cotes + vent de 3/4 de face. la vitesse moyenne a chuttée a 12 km/h…
on faisait relais assez court pour maintenir malgré tout une vitesse constance et se preserver…bcp de forces perdues à ce moment la
gaffe aussi ds les virages et pavés à la con ds les centre ville qui appellent a la glissade assurée….mollo sur les freins ds les virages
les 50 derniers kilométres ont paru durer une eternité…
au retour on a traversé « claye souillis »…retour à la civilisation !!!
hormis la marne, le parcours etait super sympa…bcp de verdure…d’odeurs champetres…divers animaux…routes serpentueuses
niveau matos..aucune casse..ni chutte…ni bobo…le vélo roulait dans un silence olympien…et toujours aucune crevaison…
les jambes ont tenue…j’en suis surpris….
a plus de 220 km d’effort, je grimpais  les cotes en danseuse…comme quoi…j’avais du jus ..surement grace aux pom’potes prises au fiston !!!!
mal aux epaules car j’ai sac à dos camelbag (avec reserve d’eau ds le dos) qui au final m’ont bien tiré sur les muscles du cou…
pour le prochain raid  je pense à investir ds sacoche de guidon + mettre bidon au cadre..pour ne pas prendre de sac à dos et menager mes epaules
j’ai roulé avec des gars du club dans le 77 de la ville de Crozay en brie…assez sympa…!!!
j’ai revu aussi des gens que j’avais dejà vu lors du 200km…
En ce  moment le budget « pates » explose !!! du Barilla, panzani….à donf….pene rigate, farfalle, coquilette, maccaroni….c’est non stop….
en 10 jours de pedalage en avril…mon compteur totalise 645 km…avril pas fini !!!!
Prochaine épreuve…on continue…..c’est le 9 & 10 mai 2015…pour réaliser 400 km….départ entre 16h00 et 17h00…ce qui veut dire…rouler la nuit de samedi à dimanche…
 
3éme médaille en jeux…va être fun…
 
au programme , région de l’Yonne, Loiret et retour ds le 77
je vais jusqu’à Gien  !!!! wiiiiiiii….
ne me demandez pas de ramener de la porcelaine…y pourra pas loger dans la sacoche  !!!!!
A bientot pour de nouvelles aventures aussi passionnantes et trépidantes….



La Fleche Normande le 7 juin 2015

20062015

Ce dimanche 7 juin 2015 je me suis engagé sur le petit parcours de 85 km de la Flêche Normande à Cabourg.Les difficultés se situent dans les 30 premiers kilomètres et une dernière 10 km avant l’arrivée.J’accroche le paquet de tête dans la 1ére bosse puis je confirme dans la 2 éme bosse.Malheureusement je ne peux suivre le rythme dans la 3 éme bosse.Je reste avec un groupe d’une quinzaine de coureurs et je profite du beau temps pour faire un peu de tourisme et admirer les belles maisons normandes.La 4 éme bosse se passent sans encombre puis nous voila partis pour 40 km de plat,le compteur ne descend pas en dessous des 38 km/h avec des passage à 45 km/h.Le juge de paix arrive à grand pas et la dernière difficulté,la cote de Criqueville en Auge avec ses 1,2 km à 11%,va faire explosé le groupe.je suis le deuxième du groupe à me faire éjecter…j’ai plus de jambes.On finit les 10 dernier km à 2 l’autre gars ne prend plus de relais il me dit »je suis cuit » alors je l’enméne  jusqu’à l’arrivée ou je savoure cette belle cyclo de 85km en 2h40 à une moyenne de 31,7 km/h.Le classement je suis 59 éme sur 115 classés et 12 éme de ma catégorie 50/54 ans.Prochaine épreuve la Vaujany

.numérisation0004

.numérisation0003




Rando du tour de France

8062015
6 juin 2015
Juste avant les Champs Élysée, une « balade » d’une quarantaine de bornes, assez pentue attendra les cyclistes du prochain Tour. Rien de méchant pour ces derniers, qui ne s’en apercevront pas, mais un parcours assez relevé pour les curieux qui participaient ce samedi à la « fête du Tour ».

Nous avons avec l’A.S. Meudon cyclisme, eu l’occasion de les accompagner dans le repérage de cette future dernière étape. C’était bien agréable, surtout la première partie boisée et les boucles dans une proche banlieue que nous traversons souvent le plus vite possible.

Dommage qu’il n’y ait pas eu plus d’inscrits, à l’occasion de ce « week-end du vélo » ; on sait que la petite reine a partout le vent en poupe. Le club était donc largement représenté, beaucoup de bleu et jaune, suffisamment pour attendre les retardataires ou signaler un carrefour. Une jeune fille ayant gouté le bitume du côté de Ville-d’Avray s’est vue immédiatement secourue par un groupuscule de l’ASM !

Une fois passé le pont d’Issy, nous avons laissé les fantômes du futur Tour de France partir vers les Champs pour nous diriger vers la cote des Gardes et la route pavée de l’observatoire (une la seconde fois), jusqu’au gymnase Marcel Bec où un accueil chaleureux nous attendait (depuis des heures).

Bravo, en passant, à la petite fille qui moulinait furieusement, remorquée à son père, très loin devant Quintana et Contador.

Serge Pinchon




Trois Ventoux pour l’Ascension

1062015

De passage à Avignon le jour de l’Ascension, je ne pouvais pas faire autre chose que d’aller grimper le Mont Ventoux également connu des cyclistes sous le nom de Géant de Provence.

Tant qu’à faire, la météo étant idéale, j’en ai profité pour m’attaquer aux trois versants de cette montagne mythique.

J’ai démarré de Bédoin un peu à près sept heures par une température assez fraîche bien agréable pour réaliser cette première montée considérée comme la plus difficile avec ses 21 kilomètres à 7,5% de pente moyenne, 1600 mètres de dénivelée et quasiment aucune occasion de répit. Peu après le virage de Saint-Estève qui marque le début des fortes pentes, j’ai croisé Betty Kals, membre comme moi de la Patrouille Eco Cyclo, qui redescendait de sa première ascension dans sa tentative de record féminin du nombre d’ascensions en vingt-quatre heures par Bédoin. En veillant à toujours pédaler en deça de mes possibilités, j’ai atteint le Chalet Reynard sans aucune difficulté. A partir de là, un fort vent contraire a rendu la montée un peu plus compliquée mais j’ai atteint le sommet en deux heures sans avoir trop puisé dans mes réserves. Après quelques photos au sommet dans une atmosphère un peu brumeuse, j’ai pris la direction de Malaucène.

20150514_091425

Cette descente sur une route parfaite permet par endroit de dépasser les 70 km/h et j’ai croisé de très nombreux cyclistes qui montaient en sens inverse. Au village, j’ai pris le temps de m’arrêter dans une boulangerie pour me restaurer et refaire le plein des bidons. Il faisait déjà bien chaud lorsque j’ai commencé ma deuxième ascension par ce versant de Malaucène qui est celui que je préfère car la vue y est plus dégagée et car la pente très irrégulière me convient bien avec ses 21 kilomètres à 7,3% de moyenne et 1535 mètres de dénivelé. J’ai à nouveau veillé à conserver un rythme modéré et malgré cela j’ai quand même un peu peiné en raison de la forte chaleur dans les longues parties raides avant d’atteindre la petite station de ski du Mont Serein à hauteur de laquelle la pente s’adoucit pendant quelques hectomètres.

ventoux 3

 

J’ai réalisé cette deuxième ascension en environs deux heures comme la première et après une nouvelle séance de photos, j’ai pris la direction de Sault. Un vent contraire assez fort m’a obligé à pédaler dans la descente qui n’est pas très raide et se déroule sur un excellent revêtement suite à la réfection récente de la route. Au village, j’ai acheté un sandwich et une tarte pour reprendre des forces avant d’effectuer ma troisième montée beaucoup plus facile que les deux autres avec ses 25,7 km à 4,5% d e pente moyenne et 1152 mètres de dénivelé. Le vent favorable m’a bien aidé et je n’ai pas peiné dans cette montée en dépit de la forte chaleur. Après le Chalet Reynard, j’ai doublé de nombreux cyclistes et j’ai terminé cette dernière ascension dans une sorte d’euphorie en environs deux heures comme les précédentes.

20150514_121902

 

 

20150514_152238

Dans ma descente finale vers Bédoin, j’ai croisé à nouveau Betty Kals dans sa quatrième ascension. Elle en a finalement réalisé sept et égalé le record précédent en terminant sous une averse de neige suite à un rafraîchissement brutal dans la nuit. J’ai atteint Bédoin vers 16h30 très satisfait au terme de cette belle sortie de plus de neuf heures (135 km et 4300 mètres de dénivelé) et après avoir hésité à attaquer une quatrième montée, j’ai finalement décidé d’aller saluer quelques amis venus retirer leur dossard pour participer le lendemain au Raid Provence Extrême organisé par Patrick François.

sommet ventoux

 

Je suis donc devenu officieusement Cinglé du Ventoux puisque pour le devenir officiellement il faut s’inscrire et faire tamponner une carte de contrôle ce que je n’aime pas trop …

 

Pierre Gadiou







Mon aventure avec les progr... |
Blablasport |
France UNSS Minimes Masculi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Footballistiquementparlant
| La Percée de Clémont
| Bodymass